EUROSPINE Patient Line

Member Login

Chirurgie

General advice after surgery

What you should know
  • You should start planning your post- operative recovery, before you have your spinal surgery. The fitter you are before surgery the better for your recovery. Discuss with your surgeon and the hospital team issues such as going up and down stairs, return to driving and return to work and exercise.
  • Every patient is different! The specifics of what you should know to speed your post- operative recovery depend very much on the condition you have and the operation you have. Surgeons vary a lot in their views about what you should and shouldn’t do, so make sure you ask.

These are some general guidance related to the most common spinal operations.
  • Early movement is good for you. It stops you getting too stiff and it reduces the risk of complications such as blood clots in the legs. After the operation you will be quite sore and so good pain control as directed by your health professional will help you to move around more easily.
  • Time is hospital will be longer or shorter, depending on the surgery and the patient. Some operations for nerve compression pain do not de-stabilise the spine and so there is no reason to worry about harming yourself by moving around. In common operations such as a discectomy or decompression you may only be in hospital for a short time, such as overnight or a day or two. Some spinal clinics will do nerve decompression surgery as a day case. Generally the bigger and more complex the surgery, the longer your hospital stay will be. You need to discuss this with your Doctor and the hospital team such as the physiotherapist; they are there to help you get better as soon as possible.
  • A return to driving is generally safe once you are walking well and confident in movement. That will vary from patient to patient and also depends on the surgery. A fit younger patient having a simple discectomy operation might well be safe to return to driving and work, depending on the job, by two weeks. An older patient having a more extensive procedure will take longer, more often between 6 weeks and 12 weeks.
  • With some types of pain symptoms can persist after surgery. If nerve pain was present before the operation it may take longer to improve. Generally it is clear if surgery has helped by about 6 weeks. Nerve pain doesn’t always completely recover. Symptoms of ‘numbness’ may take many months to improve and sometimes will persist.
  • Before discharge, make sure you have had all the advice you need! Usually before hospital discharge the health care team will prepare you for safe discharge home. This may involve assessments of walking, going up and down stairs, and the use of walking aids and toileting aids if needed.

What to look out for
  • Complications after hospital discharge are fortunately infrequent but they do occur.
  • Increasing wound pain, redness of the wound and a temperature might indicate an infection and you should seek medical advice and reassurance as soon as possible.
  • If you have a new or very different nerve pain after surgery you should seek medical advice.
  • A new onset of difficulty in passing urine, particularly if associated with numbness around the anus or back passage should be medically assessed with urgency- try to get to your doctor within 24 hours.
  • If you develop pain or swelling in your calf or leg this could be a sign of a blood clot (Venous thromboembolism) and may require treatment. You should seek medical advice.

Discectomie lombaire

Ce type de chirurgie est normalement réalisé pour les patients souffrant de douleurs nerveuses dans les jambes. (sciatique). La sciatique est fréquente chez les patients âgés de 30 à 50 ans. Dans ce groupe de patients, elle est généralement due à un prolapsus ou à une protrusion d’un disque («hernie discale»).

Une «discectomie» est réalisée pour retirer la partie du disque à l’origine de la douleur nerveuse dans la jambe. Une «décompression» consiste à retirer de l’os ou du tissu mou comprimant le contenu du canal rachidien. Dans certains cas, une combinaison des deux interventions chirurgicales peut être nécessaire.

Une micro-discectomie fait simplement référence à l’utilisation d’un microscope opératoire plutôt qu’à la taille de l’incision ou à la quantité de disque retirée. Une discectomie semi-ouverte est la même intervention chirurgicale réalisée en utilisant des loupes grossissantes ou des lunettes spéciales.

La chirurgie rachidienne pour une sciatique est généralement plus efficace pour une douleur dans la jambe que pour les douleurs rachidiennes. Néanmoins, les douleurs dans les jambes et les douleurs rachidiennes peuvent s’atténuer.

La discectomie permet d’obtenir une amélioration assez rapide des symptômes, mais il existe des risques associés.

Des symptômes d’engourdissement ou de faiblesse peuvent persister après la chirurgie.

Certains types de prolapsus discal sont davantage susceptibles de réapparaître que d’autres. La chirurgie pour un prolapsus discal a un taux de rechute compris entre 7 et 15% sur une période de dix ans. Il en va de même que vous ayez été opéré(e) ou non.

La chirurgie constitue une meilleure option lorsque des symptômes sévères durent depuis plus de 6 à 8 semaines. De récentes études ont montré qu’il peut être plus efficace, en termes de récupération et de résultat, d’attendre au moins quatre mois après l’apparition des douleurs rachidiennes ou dans les jambes avant de réaliser la chirurgie.

La chirurgie est moins risquée et est plus sûre chez les patients en bonne santé et en bonne forme physique. Pour réduire les risques, des mesures simples, telles que l’arrêt du tabac, la perte de poids et l’amélioration de la condition physique, sont utiles.

Les patients âgés peuvent présenter des facteurs de risque spécifiques comme une maladie du cœur par exemple. Si vous prenez des comprimés pour fluidifier le sang tels que la warfarine, l’aspirine ou le clopidogrel, qui augmentent les risques d’hémorragie, votre équipe chirurgicale doit en être informée.

Généralement, les patients diabétiques sont exposés à un risque légèrement accru d’infection, et chez les patients diabétiques, les nerfs peuvent ne pas récupérer aussi bien que chez les autres patients.

Votre chirurgien parlera avec vous des bénéfices et risques éventuels de la chirurgie qui vous sont propres.

Stabilisation rachidienne

Terme utilisé avec l’expression «instrumentation rachidienne». Il s’agit de l’endroit où la zone à fusionner est également fixée avec un implant, tel qu’un système rigide de vis et tiges, pour réduire le mouvement et éventuellement améliorer une fusion solide. Les implants, vis et tiges sont généralement en titane afin de pouvoir réaliser une IRM si nécessaire.

Lorsque le rachis est instable en raison de fractures ou d’une perte osseuse due à des tumeurs, la stabilisation du rachis avec un échafaudage interne en métal permettra un retour plus rapide à la marche et réduira le risque de déplacement du rachis et de douleurs.

La chirurgie pour la scoliose implique généralement une stabilisation du rachis avec des vis et des tiges pour maintenir le rachis dans une position réalignée jusqu’à la fusion et à la guérison de l’os.

Arthrodèse

Fusion cervicale: La fusion cervicale est le plus fréquemment réalisée pour traiter la hernie cervicale, elle est également réalisée pour retirer les becs osseux associés à la sténose rachidienne cervicale et à l’arthrite. La fusion cervicale est généralement réalisée avec une approche par l’avant du cou.

Fusion lombaire: L’objectif d’une fusion lombaire est d’arrêter le segment mobile douloureux dans la région lombaire. Très souvent, ce type de chirurgie est réalisé pour la douleur et l’invalidité causées par une discopathie dégénérative lombaire ou un spondylolisthésis, où 2 vertèbres glissent l’une contre l’autre. L’articulation entre deux os est retirée et remplacée par un greffon osseux qui soudera les 2 os ensemble. Ce greffon peut être prélevé dans la hanche du patient, ou sinon, un substitut osseux synthétique peut être utilisé. Dans le rachis, comme il y a beaucoup d’articulations mobiles, le patient peut ne pas être conscient de la raideur si seulement 1 ou 2 articulations sont fusionnées.
La voie d’abord du rachis peut se faire par l’avant, l’arrière, l’avant et l’arrière ou le côté, selon l’endroit où doit être réalisée la fusion.

Interspinous Process Spacers

Lumbar spinal stenosis is common among individuals over 60 years, and surgery for lumbar spinal stenosis is one of the most often performed procedures for the adult lumbar spine. The tunnel where the spinal cord travels through the bones of the spine becomes narrow due to wear and tear of the spinal discs and joints and the nerves that go through this narrowed canal may be squeezed when the person stands or walks any distance, causing nerve tingling, pain, numbness or weakness in the legs (this is called neurogenic claudication). Symptoms are relieved when the spine is flexed (when sitting or leaning forwards). Bending forward creates a slight increase in the space where the spinal cord is situated, and thereby relief of symptoms.

This is the rational of the interspinous spacers.

Interspinous spacers are implanted between the bones in the back of the spine - called the spinous process, at the affected level of the spine, and thereby forcing this level into forward bending. This relieves pressure on the nerves which leads to relief of pain in the legs. Often the surgery is performed under local anesthetic but can also be done under a general anesthetic.

Very many patients reported a significant relief of pain after implantation of this device and current evidence shows that these procedures are efficacious for carefully selected patients in the short and medium term, although failure may occur and further surgery may be needed. Patient selection should be carried out by specialist spinal surgeons who are able to offer patients a range of surgical treatment options.

Remplacement de disques par prothèse

Le remplacement de disques est une intervention chirurgicale destinée à conserver le mouvement. Chaque patient doit être minutieusement évalué avant l’intervention chirurgicale car de nombreux patients n’y sont pas éligibles.

Au niveau du rachis lombaire, il est parfois proposé pour les douleurs rachidiennes sévères qui n’ont pas diminué malgré des traitements qui sont souvent efficaces. Une TDM est souvent réalisée pour exclure une arthrite des petites facettes articulaires du rachis, car en cas d’arthrite au niveau de ces articulations, il est probable que l’intervention chirurgicale soit inutile. Le remplacement de disques dans le rachis lombaire n’est pas aussi connu qu’il y a 10 ans. Après la chirurgie, les résultats initiaux semblent être excellents. Néanmoins, les résultats à long terme ne semblent pas très différents par rapport à ceux obtenus avec une arthrodèse pour soulager des douleurs rachidiennes. L’intervention chirurgicale est réalisée par l’avant du rachis via l’abdomen, ou par le côté de l’abdomen.

Dans le rachis cervical, tout comme dans le rachis lombaire, l’objectif est d’imiter la forme et la fonction du disque d’origine. La chirurgie, qui est réalisée depuis l’avant du cou, implique de retirer le disque atteint et de placer un disque artificiel dans l’espace laissé vide.
EUROSPINE is a society of spine specialists of various disciplines with a large knowledge of spine pathologies. All well-known and accepted treatment modalities for spine pathologies are represented by the members of the society. However, the Society cannot accept any responsibility for the use of the information provided; the user and their health care professionals must retain responsibility for their health care management.

Area Navigation

Latest News

13 avril 2018

Avant l'intervention

PATIENT LINE a demandé aux professionnels de la colonne vertébrale

10 octobre 2017

EUROSPINE Patient Day 2017

Tuesday, 10 October 2017 14:00-17:05

Facebook Twitter Linkedin Instagram Youtube channel
© EUROSPINE, the Spine Society of Europe - website by bestview gmbh page last updated on 09.10.2017